IMPACT
InterMédiaires de Production artistique, Autonomie et organisation de la CréaTion



Les fonctions des intermédiaires du champ artistique

L’objectif de ce projet est d’étudier les relations sociales et économiques entre les créateurs et les intermédiaires culturels situés entre les artistes et les employeurs ou, plus généralement, entre les artistes et les publics.
Ces intermédiaires exercent une fonction de sélection des produits de la création avant que ceux-ci ne soient en mesure d’atteindre le spectateur. Ils sont aussi indispensables à la valorisation des œuvres qu’à la reconnaissance des artistes.
Si on s’intéresse depuis longtemps aux producteurs et aux consommateurs culturels, ces figures d’intermédiaires ont été négligées par la recherche. La croissance démographique du nombre d’artistes depuis quelques décennies semble pourtant en avoir renforcé la nécessité fonctionnelle.


L’impact des intermédiaires sur la création

IMPACT part d’une analyse des appariements entre artistes et intermédiaires et d’une étude d’une partie de la population des intermédiaires culturels en France. L’objectif est de décrire et d’analyser les effets de leurs pratiques et de leur activité sur la rémunération des créateurs et la notoriété des artistes, lorsque c’est possible, et sur l’organisation de la créativité et l’autonomie de la création.
Une des questions de ce projet consiste, en effet, à se demander si le rôle actuel de ces intermédiaires culturels n’implique pas d’intervenir au sein des processus créatifs au nom d’une anticipation de l’insertion des artistes dans les marchés culturels. Sur ces thématiques et ces problèmes, le projet propose une approche pluridisciplinaire hybridant des techniques et des apports issus de la sociologie et de l’économie de la culture, de l’histoire des mondes de l’art et de la gestion.


Une démarche comparative

Comme les normes des relations intermédiaires-créateurs sont très variables selon les secteurs, nous proposons de les comparer, suivant des échelles d’analyse variées. Quatre grands marchés sont approchés par divers points d’entrée localisés :
  • édition de littérature, de bande dessinée et de littérature jeunesse ;
  • musiques actuelles et industrie musicale ;
  • art contemporain (dont le graffiti art) ;
  • cinéma (documentaire et de fiction).
Les activités et les fonctions décrites sont notamment celles :
  • des agents et des impresarios dans le cinéma,
  • des managers et des tourneurs en musique,
  • des agents littéraires et des attachées de presse de l’édition,
  • des commissaires d’art contemporain, des galeristes, des conseillers en art, etc.
Un volet d’enquête transversal est par ailleurs consacré aux effets de l’intermédiation numérique sur les intermédiaires classiques.
La recherche s’appuie concrètement sur un recensement et une analyse sociologique des différents types d’intermédiaires de production français, sur des reconstructions de projets artistiques, sur des entretiens restituant des chaînes de création et de diffusion et, dans deux secteurs de création, sur une histoire des relations intermédiaires-créateurs depuis deux siècles.
Pour chaque secteur culturel puis par montée en généralité, IMPACT entend contribuer à analyser les structures et les évolutions d’une forme méconnue de structuration de la création.


Séminaire public : « Que font les intermédiaires ? »

Un séminaire public mensuel portant sur l’activité des intermédiaires culturels est parallèlement organisé depuis la rentrée de l’année universitaire 2009-2010.
Lieu pour cette année :
CNRS - Site Pouchet,
59-61 rue Pouchet
75017 Paris.
Métro : Guy Môquet ou Brochant
Bus 66

Contact : severinesofio@yahoo.fr